Hameau du Lac
1, rue de la Berre
11130 Sigean
04 68 48 83 62
Contact
Site Internet
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 15h à 18h (juin, juillet, août) et de 14h à 18h (septembre)
Tarif normal : 5 €
Tarif réduit : 3 €
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Accès au rez-de-chaussée pour les expositions temporaires ; accès possible à l’étage (collection permanente) avec l’aide d’un tiers.
Visites de groupe
Visites scolaires
Présentation ActueĮement Archives

LAC - Lieu d’Art Contemporain

FRANÇOIS MOULIGNAT
Du dimanche 30 septembre au dimanche 11 novembre 2018
Vernissage samedi 29 septembre 2018 à 18h

Ces œuvres sont faites de passages successifs de plâtre, d’enduits successifs de blanc, comme on applique un onguent. Elles gardent la marque de la tension de la toile sur le châssis. Le séchage dure un long temps, les couleurs sous-jacentes finissent par transparaître sous le blanc passé en plusieurs couches. A l’ombre, celui-ci vire à l’ivoire avant de s’éclaircir à nouveau à la lumière. Le plâtre reçoit la poussière, il s’enrobe d’une légère patine luisante. Il y a une histoire.

C’est une histoire d’usage : outre le fait qu’elles fassent l’objet de transport, transaction, échange, exposition, elles sont manipulables, il est possible de les retourner, de les ajointer deux à deux, de les accrocher au mur ou de les poser au sol. Elles sont réutilisables : incluses dans un caisson de plâtre, elles sont immobilisées et expérimentent leur ajustement à un lieu, une architecture, avant d’être démontées et stockées.
Le blanc est transparent, assombri, usé. Loin d’être immaculé, il est surchargé de repentir et de couches superposées. Ainsi la tension, l’hétérogénéité des matériaux, les jeux de la couleur en-dessous, l’absence de cadre, tout cela marque ces œuvres d’une vulnérabilité, d’une altération.
A l’altération répond un possible rajeunissement, le passage d’une nouvelle couche de blanc, d’un nouvel enduit (comme on chaule régulièrement les murs d’une pièce dont les angles s’arrondissent, comme on enduit de graisse ou de couleur une statue, un fétiche). Mais quand le blanc redevient pur, d’une pureté parfaite, à nouveau se multiplient les occasions de souillure, les risques de salissure. L’exposition à la vision est aussi, inéluctablement, exposition au toucher…

Lorsque l’œuvres est finie elle n’est pas finie. En position d’objet d’échange dont la fonction est de construire des relations, de composer de la structure, elle ne cesse de produire l’expérience de l’exposition et ainsi de s’user au regard de qui la regarde.




Annuaire Agenda Informations professionnelles Art dans l’espace public Parutions Artistes en languedoc-roussillon Votre avis nous intéresse...



Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d’audience.
En savoir plus Refuser