13, rue des Balances
34000 Montpellier
06 19 03 22 21
Contact
Site Internet
Ouvert du mercredi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h, les premiers samedis du mois, et sur rendez-vous en dehors de ces horaires
Non accessible aux personnes à mobilité réduite
Deux marches séparent la rue de l’espace, qui présente deux étages non reliés par un ascenseur.
Les visites de groupe et/ou pour les scolaires sont proposées sur rendez-vous, gratuitement · Groupe limité à 30 personnes
Présentation ActueĮement Archives

Mécènes du sud Montpellier-Sète

Exposition Dropping Knowledge
— Rossella Biscotti, Antonio Contador & Carla Cruz, Natalie Czech, David Dubois, John Latham, Commissaire d’exposition : Alexandra Fau
Du vendredi 16 mars au jeudi 5 juillet 2018
Vernissage vendredi 16 mars 2018 à 18h30

“Nous sommes condamnés à vivre dans un monde où chaque question posée en ouvrira une autre, et cela à l’infini. Je crains que tous ceux qui aspirent aujourd’hui à une synthèse, ou à l’unité, n’appellent de leurs vœux une époque révolue. Je crois qu’ils n’obtiendront cette synthèse qu’au prix, soit de la tyrannie, soit du renoncement ”.1

Ce récit prémonitoire énoncé à la fin des années 50 sert d’amorce à l’exposition. Comment les artistes exploitent-ils les revers de cet esprit de synthèse, poussé à l’extrême, à savoir : s’adapter aux formats de l’information, au nivellement et à l’absence de hiérarchie entre les sujets ?

Dropping knowledge dont le titre fait explicitement référence au célèbre hébergeur d’informations classées et synchronisées (Dropbox) se veut en phase avec un monde connecté, réticulé, aux savoirs en partage.
Les données sont désormais stockées dans des « codes » signifiant des systèmes organisés de symboles. Le philosophe Michel Serres souligne dans Petite Poucette (2012) l’externalisation du savoir, désormais à portée de main. Dans ces conditions, l’esprit humain, assoiffé de connaissances mais happé par le temps, se voit tenté par une pensée en réduction, facile à loger dans une « tête étêtée ».

Les artistes contemporains font reposer leur histoire de synthèse sur un principe de mutation, de contraction ou d’égalisation de savoirs parallèles souvent fort éloignés. Ils floutent l’acte d’écrire et de photographier, de voir et de lire, en référence à toutes ces images qui nous programment.

Sous couvert de manipulations d’informations complexes, ils induisent des erreurs et ébranlent un peu plus ce système de pensée par trop formaté, au débit généralisé et aux titres aguicheurs. L’œuvre d’art soumise à ce tempo frénétique qui appelle chaque jour un peu plus l’inconstance, la versatilité, résiste comme elle le peut à cette insignifiance qui la guette ; se voir réduite à un jugement minoré du type « I like ».

Texte de la commissaire Alexandra Fau.

1-Interview du physicien Robert Oppenheimer, l’un des pères de la bombe atomique américaine, Le Monde, Paris 29 avril 1958.

Ouverture exceptionnelle le week-end du 17 et 18 mars de 14h à 18h




Annuaire Agenda Informations professionnelles Art dans l’espace public Parutions Artistes en languedoc-roussillon Votre avis nous intéresse...



Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d’audience.
En savoir plus Refuser